Jour 10 – Nishiki Market

Par Ever

7h02…Grand ciel bleu une fois de plus ! Je file chasser le pancake avec Gwénel de bon matin pour revenir au K’s House prendre le petit dej’ avec tout le monde…

Vous voyez les petits nuages au fond… tout piti, tout mignons (c’est gros batards) ? Voila ce que ça donne ensuite à 9h30…

Ca sera donc une belle journée sous un ciel gris et pluvieux. Donc Plan B activé !

Un Plan B, c’est deux / trois options dans mon programme pour une même journée. Souvent nécessaire pour les jours de pluies car la météo est loin d’être un petit facteur pour la réussite d’un voyage…

Donc, soit j’ai un site touristique couvert intéressant que je garde sous le coude pour le sortir en cas de pluies. Comme ça je permute et j’attends le retour du soleil pour reprendre le circuit. Soit, je regarde la “météo du Japon” et je saute dans un Shinkansen pour aller chercher le soleil 🙂

C‘est ce que nous avions fait avec Steeven en 2018 en allant à Kanazawa. Aujourd’hui sera donc un beau jour de pluie, les préférés de Steeven :

Le “faux” Plan B d’aujourd’hui (car il était quand même au programme) est donc Le marché Nishiki ou Nishiki market ou bien encore Nishika Ichiba – 錦市場. Nous y passerons la matinée et trainerons ensuite dans les galeries aux alentours.

On se retrouve ici plongé dans 400 mètres d’arcades où sont concentrées environ 140 boutiques gravitant autour de l’univers de la cuisine. Des étales de poissons, de produits frais, des pickles, des bonbons et depuis quelques années des boutiques de souvenirs car le lieu est très touristique.

Sans critiquer, étant moi-même un touriste en avril, l’overtourism sur Kyoto a beaucoup évolué depuis 5 ans. Il y a 20 ans, la ville était certes déjà très visitée, mais ce n’était pas autant chargé. Et il n’y avait pas ces problèmes de comportement ou d’incivilité. Les temps changent, il faut faire avec. Coté travail, on retrouve dans les arguments politiques locaux des idées de régulation du tourisme, de “pollution visuelle” et même chez certains d’interdiction. Le discours est très souvent revenu en 2020 même avec le contexte Covid.

Le stand “Vapeur“, Houkyuuan – 汸臼庵, me plait beaucoup. Il est très graphique avec ses fumées et propose des espèces de Surimi vapeur. Certains ont le gout du néant d’autres sont reconnaissables. On retrouve les saveurs : Calamars, Poulpes, Crevettes/Oignons, Patates au beurre (lol), Patates douces, Champignons (erk…), Fromage et bien d’autres.

Vous pourrez vous asseoir sur le côté afin de manger votre bâtonnet sans déranger tout le monde dans l’allée principale 🙂

Nous prenons le temps de découvrir (et redécouvrir) les magasins. On lit souvent d’y aller de bonne heure. Il ne s’agit pas d’un marché aux poissons donc vous avez de fortes chances de trouver beaucoup d’enseignes fermées si vous vous pointez à 8h00.

Steeven nous a lâchement abandonné. Il a fuit loin devant dans l’allée et un signe de la main au dessus de sa tête nous dit : “Chacun pour soi, démerdez-vous !

Amateur d’œufs je vais souvent chez Miki keiran – 三木鶏卵 car leurs dashi maki – だし巻き ou Tamagoyaki – 玉子焼き sont excellents. Pour les brochettes de poissons, de St Jacques ou de bébés poulpes ça sera plutôt Sengyo Kimura – 鮮魚木村

Je ne mets pas toutes les photos, vous découvrirez tout cela par vous même sur place 🙂

Beaucoup d’étales, de belles choses à voir, chacun prend son temps pour visiter les lieux. Ci-dessous, les 3 méthodologies que nous avons pu expérimenter sur le terrain :

Chacune d’entre elles se vaut, elles suivent toutes un schéma mathématique évident (ou presque).

Au bout de Nishiki (et perpendiculaire à Nishiki), on tombe sur 新京極商店街… ou Shinkyogoku Shotengai (Shinkyogoku shopping street). Comme son nom l’indique c’est une longue rue (ou plutôt deux longues rues parallèles) truffées de magasins. Je vous laisse consulter la liste sur leur site indiqué ci-dessous :

Revenons à la sortie de Nishiki. Juste en face, on trouve le sanctuaire Nishiki Tenmangu – 錦天満宮. Pour le repérer, vous verrez plein de lanternes en papier à son entrée. Il faut traverser Shingyogoku.

Ce sanctuaire est visité pour la réussite dans ses études (et par les touristes). J’aime son automate distributeur d’omikuji (Karakuri Omikuji – からくりおみくじ), ses tampons/timbres pour la collection :), ses emas forcément et surtout les Taigan Ume – 大願梅 des “prunes à souhaits” en bois trop mignonnes.

En sortant des arcades vous trouverez (et Google map est votre ami) le restaurant d’Okonomiyaki Issen Yoshoku connu aussi pour sa devanture amusante :

Nous terminons notre journée par un restaurant du quartier. Nous y découvrons à la carte le Tororo – とろろ (ou Yamakake gohan). On me dit souvent : “Tu découvres encore des choses au Japon après tant d’années ?”… Oui, même si parfois je m’en passerais bien. Je vous joins une vidéo “DIY” du Tororo qui vous permettra de mieux en comprendre la texture en bouche et l’incroyable bien être qui envahit ton palais quand tu en manges.

Vient l’heure d’aller au dodo et d’arrêter les conneries pour aujourd’hui. Avec Gwénel, on fait juste un saut de puce au Don Quichote à coté pour vérifier un truc…

Et voila ! C’est tout pour aujourd’hui ! On laisse, comme d’habitude, le dernier mots aux experts avec leurs impressions sur cette splendide journée pluvieuse :

Informations pratiques :

Accès en bus (de nombreux bus !) :

  • Arrêt Shijo-Keihan-mae (10 à 12, 16, 46, 59, 61 à 64, 201, 203, 207)
  • Shijo-Kawaramashi (4, 5, 10 à 12, 16, 17, 32, 46, 59, 61 à 64, 201, 203, 205, 207) avec 3-5 minutes à pied environ.

Accès en métro (direct depuis la gare) :

  • Arrêt Shijo puis, là aussi, 3-5 minutes pour rejoindre Nishiki market.

Horaires :

  • de 8h30 à 17h30

Contrairement à “avant” ne venez pas trop tôt car certains magasins ne seront pas ouverts.

Tarifs :

  • N/A

Note :
Visite Obligatoire pour un premier voyage car lieu très typique même si devenu trop touristique.