Jour 03 – Yutoku Inari Jinja

Par Ever

Yutoku Inari Jinja – 祐徳稲荷神社 ou plus simplement le sanctuaire Yutoku Inari est notre destination pour aujourd’hui. Souvent mis plusieurs fois au programme mais la météo n’a jamais été conciliante avec nous les années précédentes. (Désolé pour les aficionados du téléphone, je n’ai pas encore optimisé l’article pour vos écrans).

Comme son collègue de Kyoto, le Fushimi Inari Taisha, le Yutoku Inari est un sanctuaire Shinto. Il “vénère” Inari, le kami des récoltes (c’est la version courte). Pour l’historique vous trouverez toutes les informations nécessaires sur le net.

Nous partons de la gare de Hakata – 蔵前駅 (Fukuoka) pour Hizen Kashima – 新橋駅. Le trajet dure environ 55 minutes. Une fois arrivé, on prend un bus qui nous amène en 10 minutes au sanctuaire Yutoku Inari. Rien de plus simple ! C’est pas la grande fête du soleil ce matin. Il ne fait pourtant pas moche mais la lumière me dit : “Tu vas en chier pour tes photos !”

De l’arrêt de Bus au Sanctuaire, une petite trotte nous fait passer par le village (ou plus exactement un bout de la ville de Kashima) et à travers la rue commerçante principale. De part et d’autre, des échoppes classiques de souvenirs, des restaurants, toute la panoplie du lieu touriste MAIS … dans son jus. C’est à dire que le matin, quand tout est fermé, ça ressemble plus à un village fantôme (limite glauque) qu’au lieu touristique attendu. On se demande limite si le sanctuaire sera au bout du chemin.

C‘est donc sous les cerisiers que l’on se dirige vers le Yutoku Inari. Aux heures de pointe, je pense que c’est un joli flux insupportable de touristes (dont nous faisons partie) qui va de l’arrêt au site… Pour vos voyages, n’hésitez pas à partir tôt le matin.

Si comme moi vous voyagez avec des enfants, vous avez le long du chemin plusieurs passe-têtes pour immortaliser votre séjour… :

“Quand c’est trop moche, on floute…”

Une fois arrivée, deux choix. Soit on part direct faire le sanctuaire, soit on se balade dans la colline à l’opposé de celui-ci. J’ai un beau ciel lumineux et laiteux qui va bien pourrir mes photos. J’opte donc pour la colline en misant que le ciel va se dégager pour la suite ! J’ai promis à Steeven qu’il n’y aurait pas de marches cette fois-ci…

L‘itinéraire est relativement simple puisqu’il s’agit juste de faire une boucle. Il y a bien entendu des escaliers, nous sommes au Japon. Rien d’infaisable, c’est vraiment une petite balade qui ne vous prendra pas plus de 45 minutes en traînant. De là vous pourrez observer tous les environs, et aurez un point de vue sur le Sanctuaire situé juste en face. C’est aussi un bon coin pour déjeuner à l’écart de la foule.

Prochaine étape le Sanctuaire que l’on aperçoit :

Une photo (moche) prise depuis la colline pour vous montrer que le Sanctuaire est vraiment juste en face. Il suffira de traverser le parking à touristes pour vous y rendre.

Je traîne un peu des pieds pour y aller car le ciel tire toujours la gueule et je n’ai pas du tout envie de faire des photos baveuses. Le Dieu de la Chatte ferait bien de se retirer les doigts du U.

On est accueilli par un étang et l’entrée se fait via un petit pont qui nous fait passer sous la porte principale. Le monde commence déjà à arriver. On repère une famille Belge (faut faire quelque chose les gars et mieux gérer les sorties de territoire ! Comme voulez-vous qu’on défende ce qu’il reste de l’image Belge !) notamment à l’allure du Père… Banane, bob, short explorateur très court, sandales + chaussettes (forcément), peau couleur crevette fluo.

Mais c’est surtout le volume sonore qui nous marque et le…euh… comportement. Muni de son téléphone, le monsieur photographie tout et n’importe quoi. Sur le coup, on pourrait croire qu’il travaille chez Google et qu’il va ensuite mapper ses photos pour faire une vue en VR des lieux… tout y passe, cailloux, feuilles, poutres… Pourquoi pas.

Le plus surprenant est de le voir courir vers quelqu’un lorsqu’il voit que l’on prend une photo. Se positionner à l’identique et prendre le cliché.

Ça fait sourire et un peu peur en même temps. Je dois m’éloigner quand Steeven me fait signe de la tête de regarder avec plus d’attention. Le Monsieur est en train de prendre ses photos avec ses lunettes de soleil sur le nez… le fou-rire me guette. 

La “Place centrale“, une fois la porte passée, révèle le bâtiment principal (le Honden – 本殿 ) plus haut à flanc de colline. Un petit côté Kiyomizudera en rouge (et sans les bâches de rénovation !). Pour y accéder il faudra emprunter les escaliers (il y a aussi un ascenseur). Au bout de cette place se tient le Okaguraden.

Deux escaliers (Gauche / Droite) pour monter au Honden (ou Gohonden) :

Avant de monter, entre les deux escaliers principaux, vous avez le petit sanctuaire Iwasaki dédié à l’amurrrrrrr….

Les divinités de ce sanctuaire sont : Inari (bien évidemment), Omiya-no-me​ (les arts, l’artisanat, la joie et la paix) et Saruta-hiko​ (un peu le saint Christophe des marins).

Pendant la montée, Steeven passe à un cheveu de trouver l’amour. Mais la barrière de la langue eu raison de leur histoire…

C‘est aussi lors de la montée des escaliers que vous pourrez voir les détails des toits des bâtiments.

Les escaliers sont très simples à monter. Ils sont hauts mais pas infaisables. Pour les personnes à mobilité réduite, un ascenseur a été installé. En revanche, il n’y a pas d’ascenseur pour le reste de la balade jusqu’à l’Okunoin.

Une fois sur la terrasse, on en profite pour regarder le Honden et ses détails. En bas, les “gens” commencent à arriver. Il ne va pas falloir attendre trop longtemps avant de reprendre notre route au risque de nous retrouver dans la foule.

C‘est donc reparti ! Le reste de l’ascension se fait en forêt avec “quelques” marches. Contrairement à d’habitude, je vous accorde que c’est un peu le bordel mais ça reste faisable. Question sécurité faites attention aux enfants car ça reste quand même dangereux. D’ailleurs on se dit souvent avec Steeven qu’en France certains des lieux que nous faisons seraient facilement fermés au public.

Vers la fin, on passe sous un tunnel de Tori (un peu comme au Fushimi Inari Taisha). Ca reste cependant bien plus humble (et plus vétuste). Au bout, on tombe sur l’Okunoin.

Depuis l’Okunoin la vue est très belle. Je ne peux pas en dire autant de la lumière aujourd’hui qui m’aura donné du fils à retordre pour mes photos. Au loin, on voit la colline que nous avons faite ce matin.

On entame notre descente en prenant le deuxième chemin qui passe sous d’autres Tori.

Le retour vers Fukuoka se fait rapidement Bus + Train et on se retrouve à l’hôtel. Une belle journée de remplie ! Ça n’a l’air de rien mais on a pas mal trotter aujourd’hui.

J‘espère que la visite vous a plu. Je sais qu’on est loin des circuits habituels Tokyo – Kyoto – Osaka mais encore une fois, le Japon est un pays très riche et ça vaut vraiment le coup de s’éloigner un peu des itinéraires habituels (quand on en a le temps).

C‘est donc une bonne découverte, Yutoku Inari Jinja vaut le coup d’œil et on a passé un très bon moment à découvrir ce lieu. Par la suite, je ferai un système de notation, complètement subjectif et personnel des endroits que nous faisons.

Demain nous partons pour Kurokawa Onsen 黒川温泉. Une toute nouvelle destination inconnue pour nous…